POUET

L’expérience que nous faisons de notre quotidien présente parfois des énigmes. Des cycles qui se reproduisent, des douleurs qui reviennent, des conflits qui se répètent. Ils peuvent être perçus comme des énigmes puisque nous avons le sentiment de faire de notre mieux et nous ne souhaitons pas consciemment revivre ces situations qui réveillent les mêmes douleurs inlassablement.

De là ou je regarde ces cycles proposent de libérer des pistes dans le but d’évoluer selon notre intention profonde.

Si nous posions l’intention de devenir matelot, nous devrions apprendre à un moment où un autre à entendre, écouter et épouser un océan déchainé puisque sans cela nous n’aurions pas expérimenté ce qu’est être matelot. Alors au moment de vivre cette expérience de tempête nous serions devant nous même, incapable de faire avec nos acquis, bien obligés de sortir de notre zone de confort et d’élargir le champ de nos capacités ainsi que la perception de notre réalité.

Pour revenir à notre cas, nous avons appris à croire que notre objectif était de lisser notre quotidien sur l’autel du fantasme d’un bonheur permanent, d’une paix inconditionnelle. Si bien que lorsque la tempête se présente nous préférons rebrousser chemin devant la peur d’un lendemain qui remettrait trop de choses en question. Pourtant lorsque la pression redescend nous sommes toujours animés profondément par cette pulsion de vie, cette soif de découvrir toujours un peu plus ce que nous sommes. Alors nous repartons en quête jusqu’à la prochaine tempête qui nous fera à nouveau rebrousser chemin.

Dans mon travail je propose entre autre de mettre en lumière ces cycles, de mettre en conscience l’intention qui mène à la tempête et d’entendre les peurs qui nous font rebrousser chemin.

Categories: Textes

One Response so far.

  1. Alexandra Jirona dit :

    Mots pour mots. C’est exactement ce que je ressens, et pense…

    Thx

Leave a Reply