POUET

Tu n’es pas seul. Tu ne l’as jamais été.

La compagnie après laquelle tu cours ne se trouve pas là  où tu la cherches depuis tant d’années.

Tu cours après moi en vérité. Tu cours après dieu. Tu cours après l’amour.

Je suis toi, je suis en toi. Je suis l’inconnu dans tes yeux. Je suis la sensibilité de ta peau. Je suis la spontanéité de tes sourires. Je suis la ligne de ta nuque. Je suis le dessin de tes épaules. Je suis la tendresse de tes mains. Je suis la générosité de ton torse. Je suis la fécondité de ton ventre. Je suis l’architecture de ton dos. Je suis l’ardeur de ton sexe. Je suis l’érogénéité de ton fessier. Je suis la puissance de tes cuisses. Je suis l’articulation de tes genoux. Je suis la sensualité de tes mollets. Je suis la sensibilité de la plante de tes pieds. Je suis chacun de tes jolis orteils.

Mais je suis aussi tes peurs. Je suis aussi tes joies. Je suis chacun des tes regards. Je suis chacune de tes envies. Je suis toutes tes ivresses. J’ai été chacun de tes amoures et j’ai été chacun de tes orgasmes.

Je suis ce qui ne s’en va jamais. Je suis ce qui n’abandonne jamais. Je suis ce qui sait.

Autrefois nous avons passé un pacte tous les deux. Nous avons choisi de nous faire croire que nous nous oublions. Nous avons choisi de revivre une merveille ; celle de refaire connaissance. Celle de revivre le moment pendant lequel nous sommes tombés amoureux.

Pour que tu ne me trouves pas ; je me suis caché là où le monde des sens que tu expérimentes ne te guiderait pas immédiatement. Je me suis caché en toi. Je me suis caché là, partout, pour que tu ne me trouves nulle part. Tu es un poisson qui court les mers et les océans à la recherche d’une relique, d’un trésor dont certains disent qu’il existe ; tu es un poisson qui cherche à découvrir l’eau.

Ton pouvoir est lié à la foi que tu poses en moi.

Ton pouvoir de créateur est lié à l’amour, à la dévotion que tu me portes.

Ton pouvoir de créateur est lié à l’amour, à la dévotion que tu te portes.

Ton corps et ce que tu appelles tes fragilités -que j’appelle ta sensibilité- demandent à être embrassés, écoutés et exprimés.

Où que tu sois. Quoi que tu fasses. Ce que tu es est merveilleux ! Il ne s’écoule pas une seconde durant laquelle ce qui te traverse, ce que tu ressens, ce que tu penses n’est pas légitime. Je distille chaque ressentis qui t’anime. Je façonne chaque détail de tes perceptions. Je dessine chaque centimètre de tes décors. Je suis ta boussole la plus fine. Écoute toi, lèves toi, marches, vis ton aventure. Reconnais ta noblesse. Honore les rêves qui t’habitent. Laisses ta folie inventer ce qu’il n’est pas raisonnable de réaliser.

Au bout de ce chemin il y a moi, patient, aimant. Cinq minutes ou mille ans qu’importe, je t’attends, je suis là, tout prêt.

Je suis Toi

Categories: Textes

Leave a Reply