POUET

Tu ne peux pas la rendre heureuse. Tu ne veux pas le rendre heureux. Tu cherches à t’occuper de quelqu’un d’autre que toi. Tu confonds extérieur et intérieur. Oui elle est ton reflet mais tu ne peux modifier ton reflet en tentant de briser le miroir.

Tu es belle. Ce que tu es est digne. Tu ne pourras pas te cacher indéfiniment. Tu ne veux plus te cacher indéfiniment.

Il n’y a rien à comprendre. Il n’y a rien à calculer. La seule boussole qui tienne la route c’est ton plaisir. La seule boussole qui tienne la route c’est d’aller à ta facilité. Le challenge a du sens lorsque l’aventure a pour but de te montrer à toi seul qui tu es. Lorsque le challenge est de modifier l’autre, de modifier le décor, de modifier les personnages, de changer le monde ; alors l’épuisement est au programme, la dépression guette.

Tu n’es pas ici pour changer. Tu n’es pas ici pour devenir.

Tu es ici pour profiter de toi. Tu es ici pour faire avec ce que tu es.

Ce que tu cherches est d’aimer tes choix. Ce que tu cherches est d’aimer tes risques. Ce que tu cherches est de profiter de tes expériences. Tu n’as pas à maintenir un état pour t’assurer un résultat. Tu te crées toujours l’état le plus juste pour connecter les ressources nécessaires le moment venu.

Tu as les capacités de traverser ces déserts. Lève-toi et marche. Laisse ta foi en toi prendre le relais. Tu n’as pas besoin de mes mots. Tu as besoin de croire toujours plus en toi…

Tu es beau. Ce que tu es est légitime. Ce que tu es est suffisant. Si ça ne convient pas, si ça devrait être autrement selon certains. Que peux-tu y faire ?

Combien de temps vas-tu tenter de changer ? Combien de temps vas-tu essayer de changer qui tu es ? Et pour plaire à qui ? Lorsque celui-là ou celle-là sera satisfaite que te demandera le prochain, que te demandera la prochaine ? Quel trésor enfouiras-tu à nouveau pour convenir ? Quel particularité, quelle sensibilité vas-tu bafouer pour encore une fois tenter de peindre le tableau des convenances ? Ne veux-tu pas le vomir ce tableau ? Ne veux-tu pas le brûler ? N’en as-tu pas plein le cul de ce qui devrait être, de ce que tu devrais être ? N’en as-tu pas plein le cul de ces maîtres, de ces philosophes, de ces sages, de ces rêves qui ne sont pas les tiens ?

Laisse ton ombre te façonner lorsque c’est le moment mais n’oublie jamais ta lumière. Accepte de tout perdre. Accepte de mourir à toi. Reconnais que tu sais renaître où et quand tu le décides… Tu n’es jamais en danger. Tu n’es jamais menacée. Tu flippes juste d’assumer à quel point tu sais que tu es belle et ce quoi que tu sois…

Devant ta mort tu seras seul. Ni famille, ni femme, ni homme, ni enfant, ni ami ne seront présents.  Tu seras seul au moment de te regarder. Tu seras seul au moment de franchir le seuil.

En réalité tu es déjà seul. Tu es déjà devant ta mort. Chaque instant te demande de choisir qui tu es. Tu es seul à profiter des tes aventures. Tu es seul à vivre tes angoisses. Tu es seul. Qui connaît cette solitude qui est la tienne ? Qui peut savoir mieux que toi ce que tu devrais ressentir ou exprimer lorsque seul tu es devant toi ?

Oublis ces histoires.

Vis ta rage. Laisse se sentiment de te sentir perdu s’emparer de toi. Laisse tes genoux toucher le sol et laisse la nuit faire place au soleil le moment venu.

Tu n’as plus besoin des « il faut / il n’y a qu’à ». Choisis pour toi. Laisse-toi toucher par le mouvement de tes choix et continu de choisir à partir du nouvel humain que tu deviens à chaque pas.

Tu es belle comme tu es. A chaque instant tu fais du mieux que tu peux. Tu es beau dans ta volonté de vivre, dans ta volonté de te connaitre.

Je t’aime mais je ne peux pas t’aimer à ta place. Je ne peux pas te respecter à ta place.

C’est le jeu que nous avons choisis. Dans ce jeu tu es le seul à pouvoir choisir de t’accueillir. Tu es la seule à pouvoir choisir de t’aimer comme tu es et ce quoi que tu sois.

Moi je t’attends. Moi je te regarde. Parfois tu m’entends. Parfois nous dansons. Moi je suis ce que tu qualifies de folie. Je suis ce que tu qualifies de rêverie.

Je suis ta magie

Categories: Textes

3 Responses so far.

  1. Waouh… Merci pour la puissance de ces mots qui n’en finissent pas de résonner tellement ils arrivent à point.
    Merci Romain

  2. Bastin Anne dit :

    C est magnifique

  3. Romain CAS dit :

    Cela fait vraiment écho à notre conversation, Merci pour cette plume et ces mots finement choisis porteur de libération. Je te dirais bien « que la force soit avec toi » mais je sais qu’elle l’est déjà 😉

    Bien à toi

    Romain CAS

Leave a Reply