POUET
 
 
Ce gamin qui chante en toi c’est ce que tu es dans ton essence. A ta naissance tout le programme est là. Dans la graine le chêne sommeil déjà.
 
L’adulte que tu es devenu c’est ta puissance au service de ce môme. Mais ne t’y trompe pas. Seul ce môme sait rêver. Seul lui sait inventer et se lancer dans les aventures qui l’excitent, l’émerveillent et le terrorisent.
Ton job à toi c’est de lui fabriquer l’aventure. Ton job à toi c’est de lui servir sur un plateau. Ton job à toi c’est de dialoguer avec lui, d’accorder ses rêves à ta foi, de te laisser toucher, de te laisser détruire et de te laisser construire par les contrées pour lesquelles il te demande de prendre des billets.
 
Ne crois pas que tu as le moindre choix dans cette histoire. Ce que ton cœur, ta candeur et tes tripes veulent, tu ne pourras te le cacher bien longtemps. C’est une autre manière de parler du rêveur, de l’inventeur, de l’aventurier, du voyageur et du génie qui officient à l’endroit où le réel n’a de sens que pour être mystérieux, terrifiant et merveilleux.
 
Ce gamin il te suffit de t’adresser à lui pour rire. Il te suffit de l’écouter pour te souvenir que ce que tu es n’est pas quelque chose qu’il faut prendre au sérieux. Mais une opportunité pour ressentir, pour t’amuser, pour te mettre en colère. Une opportunité pour goûter, pour embrasser, pour rejeter, pour accueillir, pour fuir, pour revenir, pour rester et partir.
 
Ce gamin il s’en fout du sérieux. Il s’en fout de ce qu’il faudrait faire. Il s’en fout de respecter sans comprendre. Il profane pour sacraliser. Il soigne par instinct et il détruit par plaisir.
 
Ce gamin se relève toujours parce qu’il ne sait pas encore ce dont on n’a pas le droit de se relever. Il ne sait pas ce qui mérite d’avoir honte de soi. Il ne sait pas ce dont il faut pleurer et ce dont il faut rire. Il pleure sans besoin de justificatif administratif de la morale collective et il rit de la même manière. Ce gamin n’a pas peur de la mort. Ceux qu’il aime vivent en lui et lorsqu’ils disparaissent il lui semble saugrenu de penser qu’ils ont disparu de son cœur. Ce gamin continue de recevoir leurs enseignements et son amour ne s’éteint jamais. Ce gamin oublie comme il découvre. Il se fout de devenir. Il ne comprend pas ce que cela signifie. Il est, il aime, il déteste, il rêve, il embrasse, il croque et ça lui va comme ça.
 
Ton rôle est de nourrir de tes nuances les jeux qu’il te propose. Ton rôle est de lui concocter les jeux dans lesquels il est ravi de s’aventurer.
 
A la manière d’un dieu, tu dessines sur mesure le décor et la scène la plus amusante eu égard à ce que souhaite ton gamin. Tu le laisses entrer dans une histoire sous l’impulsion qu’il a de devenir un grand pirate; et tu l’accompagne dans une aventure qui lui fera découvrir comme le pirate sur lequel il fantasmait était petit à côté du dieu aux pouvoirs extraordinaires que tu lui montres qu’il est. Il est à ton image. Tu es à son image.
 
D’ailleurs peut-être que tu es un gamin pour un dieu qui te dessine une aventure divine ! Qui sait ?!
Categories: Textes

3 Responses so far.

  1. caroline dit :

    Petite coquille.
    Dans la graine, sommeille le chêne (voire la forêt)
    Mais il est vrai qu’à la naissance, dans la graine, sommeille aussi une chaîne…

    Je te remercie.
    Ma gamine t’embrasse.

Leave a Reply