POUET

Les rencontres à venir :

Samedi 11 et dimanche 12 novembre 2017 à Trégastel (22) avec Antoine Cottebrune

Samedi 18 et dimanche 19 novembre 2017 sur l’île de la Réunion avec Anissa Lopvet

Conférence / Mardi 12 décembre à Toulouse (31)

Atelier / Dimanche 17 décembre à Toulouse (31)

 

Vivre l’humain : Clairvoyance et autres reconnaissances de Soi

L’individu est collectif, le collectif est individuel, je suis pluriel, nous faisons un.

Le mouvement de groupe est une reconnaissance de soi à travers l’autre. L’autre est un accès à moi à travers la confiance que je lui offre. Honorer le groupe ouvre une voie d’enracinement puissant. L’aventure humaine ne veut plus se passer de la reconnaissance du groupe en tant que part de Soi. Le mouvement présent nous pousse toujours plus à nous accueillir tel que nous sommes. Si la célébration du déni peut s’avérer amère, l’accueil de notre ombre engendre floraison et lumière.

Ensemble nous sommes nous, ensemble nous nous reconnaissons, ensemble nous nous démasquons ; ensemble nous cheminons.

L’accueil de ce que je suis, m’offre le talent d’entendre un groupe en tant qu’individu. L’individu qu’est le groupe me montre comment nourrir le pluriel qui le compose. Je propose un voyage au-delà de nos masques, je propose une rencontre au-delà de nos doutes.

Dans le prolongement des consultations individuelles, ces rencontres collectives offrent de nous aborder sous un autre angle. Nos systèmes de croyances, les morales que nous nous sommes forgés, automatisent les personnages que nous présentons en société, automatisent les compulsivités refuges qui nous animent. Si notre besoin de reconnaissance, d’acceptation et finalement de survie a motivé la mise en place de ces stratégies, elles ne sont plus nécessaire aujourd’hui. Plus que ça, certaines d’entres elles sont devenues des obstacles à l’écoute de la pulsion de vie qui brûle et danse en nous.

Ces rencontres de groupes sont des laboratoires à modeler et expérimenter les croyances qui nous inspirent, celles qui nous offrent d’accepter d’exister à nous tels que nous sommes, celles qui ouvrent de nouveaux horizons et honorent l’ombre de la lumière qui nous enchante.

Ma source me nourrit en mon centre, mon centre est le fruit de ce que nous sommes, la terre est notre terrain de jeu.

Le ciel m’accompagne, la terre me cajole, ma mère embrase la flamme, mon père l’auréole.