Au moment où j’écris, je suis toujours avec vous tous.

Bonjour Romain,

Au moment où j’écris, je suis toujours avec vous tous.

Hier soir, en rentrant, j’ai sorti le chien et tout en marchant je me marrais en repensant au « prétentieux » de ce que j’ai pu dire et entendre ; tout est faux et pourtant si vrai…

et c’est ce qui rend le tout fou et respectable !

Avant de redescendre sur la planète terre et de recomposer avec son calendrier grégorien…, j’ai oublié de te dire que tu es « Romain le magnifique », celui qui malgré son sac pesant et les risques, grimpe puissamment l’abrupt de la montagne sauvage tout en l’élevant, tant tu y crois et que ta légèreté décidée est attractive. Merci pour cette transmission.

Et à Julie : merci…

Je vous embrasse